×

Comment gérer les conflits avec vos enfants de façon bienveillante?

14 novembre, 2019

L'éducation est un sujet assez sensible et tabou en France mais moi je ne suis pas d'accord avec ça, si on en parle pas, qui va nous aider ? Nous conseiller en tant que parents ? J'estime que ça doit être un sujet plus référencé, plus accessible à tous. Aujourd'hui j'ai décidé de vous en parler avec simplicité, vous donner des conseils que vous êtes libres de suivre ou d'adapter à votre mode d'éducation car je tiens à vous le rappeler, il n'y a pas de méthode parfaite, pas de parent parfait, on essaye tous (pour la plupart) de faire de notre mieux.

J'espère sincèrement que ça pourra vous aider comme ça m'a aidée moi, à gérer les crises, à comprendre le fonctionnement de l'enfant, à vous faire déculpabiliser. Les conseils ne sont pas dans un ordre précis, j'écris cet article un peu avec mon coeur de maman donc navrée d'avance !

Privilégiez la première personne


Quand vous vous adressez à votre enfant, et plus particulièrement quand vous communiquez avec lui sur quelque chose dont vous n'êtes pas d'accord, une bêtise ou son comportement qui vous a déplu, pensez à privilégier la première personne (donc le "je") qui agit directement sur VOTRE ressenti plutôt que le "tu" qui est très accusateur pour un enfant. 
Exemple: 
Au lieu de lui dire: "Tu m'agaces, tu n'es vraiment pas sage..." préférez: "Je n'aime pas quand tu fais... car ça me rend triste / je préfère quand tu fais ... / je vais te montrer comment faire" 

En fait, ce qui vous a déplu ici n'est pas votre enfant en lui même mais son comportement et il est important de marquer la différence.

N'employez pas la négation


"Ne cours pas" "Ne saute pas" "Ne crie pas", en fait dans ces phrases l'enfant ne va pas entendre la négation, il va entendre le premier verbe de la phrase donc: cours, saute et crie. 
Essayez plutôt: "Marche s'il te plait" "Fais doucement" "Parle moins fort", c'est très bête mais vous verrez ça fonctionne !

Apprenez lui à comprendre et accompagner ses émotions


Ce n'est pas une étape facile, il faut savoir que les enfants ne réagissent pas du tout pareil face aux émotions, ils ne sont pas capables (avant l'âge de 5/6 ans environ) de les gérer et elles arrivent donc en débordant, l'enfant est perdu face à ce qu'il ressent, tout est démultiplié. C'est pourquoi on voit des enfants se rouler par terre pour une glace alors que nous adultes nous sommes capables de gérer notre frustration.
Pour ça, vous avez des livres très bien fait, des jouets avec des poupées avec différentes émotions, vous en trouverez plein qui permettent à l'enfant de comprendre ce qu'il ressent, quelle émotion passe dans sa tête et de trouver avec vous des solutions pour les gérer au mieux.
Donc NON un enfant n'est pas un diable s'il hurle au supermarché parce-que vous ne voulez pas lui acheter ses gâteaux préférés, il est juste perdu face à sa frustration et le seul moyen qu'il connait de l'exprimer est de hurler.

Gérer une crise


L'étape tant redoutée par les parents: les crises, les colères. Elles démarrent généralement face à un trop plein d'émotion, l'enfant ne sait plus gérer et explose. Généralement, quand une crise est commencée, il est déjà trop tard, votre enfant ne vous écoutera pas, rien ne sert de lui faire une leçon de moral ou de lui expliquer ce qui vous déplait dans son comportement, attendez que la crise passe et ensuite communiquez ensemble pour comprendre ce qui a fait que vous en êtes arrivés ici.
Pour calmer une crise et donc les émotions débordantes d'un enfant, je vous conseille d'accueillir ses émotions, de ne rien dire, de lui apporter un geste: ça peut être lui tendre la main, un sourire, s'accroupir en face de lui avec un regard compatissant, ou encore le meilleur des remèdes: un câlin !
Je sais que ça parait complètement dingue et que vous allez vous dire que je suis folle mais essayez vous verrez. Pensez à vous et mettez vous à la place de votre enfant, parfois quand on est en colère, un câlin de notre maman ou conjoint nous calme rapidement, ici c'est pareil.
Attention je ne vous dis pas de laisser votre enfant faire n'importe quoi, je vous conseille juste de faire passer la crise avant de communiquer et de lui expliquer ce qui est bien et pas bien.
Enfin, il faut savoir que les caprices n'existent pas avant l'âge de 2/3 ans, ils n'ent ont tout simplement pas les capacités.

Communication


Comme dans toute relation, l'élément indispensable est la communication et avec votre enfant c'est la même chose, un enfant est avant tout un être humain et ce n'est pas parce qu'il est enfant qu'il n'a pas le droit de donner son avis, d'exprimer son ressenti ou d'être écouté. 

Je vais vous donner un exemple tout bête: nous apprenons à nos filles le respect et entre autre de ne pas couper la parole à quelqu'un qui est en train de parler, elles savent maintenant que chacun son tour on peut discuter et être entendu. Mais ça marche dans les deux sens, quand un enfant coupe la parole à un adulte on le reprend mais quand la situation s'inverse et qu'un adulte coupe la parole à un enfant on ne dit rien, il est donc perdu et ne comprend pas !

Je vous conseille de vous mettre à la hauteur de votre enfant avant de communiquer avec lui surtout si ce que vous avez à lui dire est important, en tant qu'adulte nous avons été éduqués (malheureusement) à penser que nous sommes plus "puissants" et méritons le respect des enfants, mais c'est FAUX, la loi du plus fort n'existe pas et le respect va dans les deux sens. Le fait de se mettre à sa hauteur fait qu'il se sent moins "soumis" à vous. Essayez vous verrez qu'il vous écoute encore plus :)

Ne pas faire ce que vous n'aimeriez pas qu'on vous fasse


Non taper son enfant en lui disant "tu ne tapes pas maman / ton frère / ton copain" n'est pas une bonne idée. Un enfant agit par mimétisme et s'il fait quelque chose c'est qu'il l'a vu ailleurs et qu'il répète bêtement donc s'il vous tape ne le tapez pas en retour, il ne va pas comprendre !
Pareil pour le "ne crie pas !!!" en criant vous même, ça n'aura aucune efficacité je vous assure.

Laissez lui parfois le choix


Parfois laisser le choix à votre enfant est une bonne manière de régler un conflit tout en ayant eu ce que vous souhaitiez: votre enfant ne veut pas mettre son manteau ? Pourquoi pas lui amener la chose comme ceci "On va mettre le manteau, lequel veux-tu mettre, le rouge ou le bleu ?" plutôt que "Va mettre ton manteau" dans la première proposition l'enfant va de suite oublier qu'il doit mettre son manteau mais va réfléchir à quelle couleur il souhaite mettre alors que dans la deuxième il va réfléchir à si oui ou non il veut mettre son manteau...

Là encore, l'idée n'est pas de laisser son enfant tout faire car au final il aura mis son manteau comme vous lui demandez mais il aura participé à cette action et parfois il ne suffit pas de grand chose pour éviter le drame ! 

La diversion


Encore une petite astuce pour régler les conflits quand rien ne fonctionne, par exemple vous êtes au supermarché et votre enfant commence à se mettre en colère car il veut ABSOLUMENT acheter des bonbons et que vous ne voulez pas, plutôt que de vous entêter à lui répondre 100x que non il n'aura pas ses bonbons, essayez la diversion (après lui avoir expliqué pourquoi vous ne voulez pas de bonbons) : "Oh au fait, Papy et Mamie viennent diner ce week-end, on va leur choisir des jolis fruits ?" ou encore "Est-ce que tu as envie qu'on fasse un gateau ce week-end ? Ou se trouve la farine dans le magasin d'après toi ?". Ce ne sont que des exemples et utilisables à l'infini, à vous de trouver le truc qui fonctionne :)

On nous parle souvent de laxisme et la faible limite qui le sépare de la bienveillance, or je ne suis pas d'accord, le laxisme ça aurait été dans cette situation : "Bon ok je prends les bonbons car tu me gonfles à hurler", vous saisissez les nuances ?

Du temps de qualité


A l'heure actuelle, avec nos vies prenantes et nos boulots il est parfois difficile de trouver du temps pour jouer avec nos enfants, surtout ne culpabilisez pas ! Préférez ne passer que 20 minutes intenses avec eux en rentrant du boulot (ou autre) mais du temps de qualité où vous jouez avec eux, vous les écoutez raconter leurs journées, vous laissez votre téléphone et vos problèmes de côté, plutôt que de passer une heure par ci par là ou vous n'êtes pas vraiment avec eux. L'enfant n'a pas réellement conscience du temps et de l'heure donc que vous passiez 20 ou 45 minutes avec lui ne fera pas grande différence, ce qu'il va retenir c'est la qualité de ce temps.


J'espère que ces conseils vous aideront, je voulais terminer cet article par vous dire que personne n'est parfait ni même les parents bienveillants, il nous arrive tous de craquer, de crier, de punir involontairement, et c'est tout à fait normal. Si ça vous arrive, n'hésitez pas à communiquer avec votre enfant, vous excuser, lui expliquer que vous aussi en tant qu'adulte il est parfois compliqué de gérer vos émotions, en plus vous allez le rassurer ! 

Si cet article t'as plu n'hésite pas à l'épingler sur Pinterest :)



Aucun commentaire: